Flash

23/03/2017 - La clause Molière

La clause Molière, disposition visant à imposer l’usage du français sur les chantiers, oblige les entreprises candidates à un marché public à s’assurer que les ouvriers parlent et comprennent le français, ou, dans le cas contraire, à engager un interprète.
Nouveauté du phénomène, enjeux réels, légalité de la décision : Arnaud Teissier, associé chez Capstan Avocats, revient sur cette clause qui a fait couler beaucoup d’encre ces dernières semaines.

Thèmes : Administration du travail I Thèmes : Contrat de travail I Vues : 363

Entretien

27/10/2017 - Bruno Serizay – Les ordonnances excluent-elles les syndicats de la négociation collective ?

Conditions de conclusion des accords : synthèse Entreprises de moins...


Thèmes : Représentants du personnel I Statut collectif I Vues : 211

Entretien

19/10/2017 - Pascal Lagoutte – Le Comité Social et Economique

Le CSE résulte de la fusion des délégués du...


Thèmes : Représentants du personnel I Vues : 273

Entretien

19/10/2017 - Pascal Lagoutte – Quelles sont les nouveautés de fonctionnement du Conseil Social et Economique ?

Le fonctionnement du CSE n’est pas radicalement différent de...


Thèmes : Représentants du personnel I Vues : 193

Entretien

13/10/2017 - Bruno Serizay – Que reste-t-il du contrat de travail ?

L’ordonnance n° 2017-1385 du 22 septembre 2017 permet aux...


Contrat de travail I Vues : 290