Points de vue

4 décembre 2019

Grève du 5 décembre : retenue sur salaire si je suis en retard au travail jeudi ?

Interview de Laure Marquès, senior associate, Frédéric Aknin, avocat associé et Valentin Daviot, juriste Capstan Avocats, à propos du retenue sur salaire en cas de retard à la suite d’une grève des transports, dans LCI.

De nombreux secteurs devant être affectés par la grève jeudi, beaucoup de salariés rencontreront des difficultés pour se rendre au travail. Quels aménagements peut-on demander à son employeur ? Qu’est-ce que lui-même est tenu de faire ? Deux avocats spécialisés en droit social et un juriste nous disent tout.

On le sait assez : jeudi, la grève devrait être massive. Et pour les salariés se posent des problèmes très concrets. Comment aller travailler ? A-t-on le droit d’arriver en retard ? Que risque-t-on à décaler un déplacement ?  Laure Marquès, et Frédéric Aknin, avocats spécialisés en droit social, et Valentin Daviot, juriste doctorant en droit, tous trois membres du cabinet Capstan avocats, nous expliquent.

Puis-je télétravailler même si mon entreprise n’a pas signé d’accord ? 

Trois possibilités. « Soit il y a un accord signé dans l’entreprise avec les syndicats, et dans ce cas il s’applique, y compris dans les dispositions exceptionnelles qu’il prévoit », indique Me Laure Marquès. « S’il n’y a pas d’accord, il est possible de mettre en place une charte. Dans ce cas, l’employeur précise unilatéralement les modalités de mise en œuvre du télétravail dans son entreprise. » Dernière possibilité : « C’est une extension très récente, qui permet l’accès au télétravail en dehors d’un accord collectif  ou d’une charte, uniquement par le gré à gré, entre le salarié et l’employeur », détaille l’avocate. « Ce gré à gré permet d’échapper aujourd’hui au formalisme chronophage d’un avenant : on peut très bien imaginer que l’accord se fasse sur la base d’un SMS en cas d’urgence. »

Article disponible en intégralité dans LCI.