Actualités juridiques

3 mars 2020

Le syndicat qui l’objet d’une procédure de RJ, ou dispose de l’appui financier de la confédération à laquelle il est affilié ne perd pas pour autant son indépendance financière

Le critère d’indépendance posé par l’article L. 1121-1 du code du travail comme condition de représentativité des syndicats s’entend d’une indépendance vis à vis de l’employeur et d’une indépendance financière.
En l’espèce, l’indépendance financière de la FNCR était contestée au triple motif que le syndicat, d’une part, avait, en 2017, fait l’objet d’une procédure de redressement judiciaire, d’autre part, ne percevait que des cotisations modiques de ses membres, et enfin, que ses ressources ne provenaient pas, pour l’essentiel, des cotisations.
C’est à juste titre, cependant, que le tribunal énonce que ni le fait pour un syndicat de faire l’objet d’une procédure de redressement judiciaire, ni celui de disposer de l’appui financier de la confédération à laquelle il est affilié ne lui fait perdre son indépendance financière.
Par ailleurs, dans son pouvoir souverain d’appréciation, le tribunal d’instance a constaté, au regard des bilans comptables produits, que l’organisation syndicale avait perçu des cotisations fixées à 19,80 euros par adhésion pour un montant total de 950,40 euros en 2016, 1 029,60 euros en 2017 et 1 148,40 euros en 2018, ce qui constituait des ressources suffisantes pour assurer son indépendance financière.
Il en résulte que le tribunal a pu en déduire que la contestation de la représentativité de la FNCR, au motif du non-respect du critère d’indépendance, n’était pas fondée. [Cass. soc. 26 février 2020, n°19-19397, F-P+B].